(Article 323-1 du code pénal : Le fait d'accéder ou de se maintenir, frauduleusement, dans tout ou partie d'un système de
traitement automatisé de données est puni de deux ans d'emprisonnement et de 30 000 euros d'amende.).

Traitement de données déclarés à la CNIL sous les n°2049064 & 2050620